Une éducation au tempo giusto.

Ou « à la bonne vitesse » en français. Ce concept que j’ai découvert dans le livre de Carl HONORE s’applique à tous les domaines du slow, y compris dans celui de l’éducation. C’est la Slow Education.

Que ce soit au niveau parental ou à l’école, l’idée est de personnaliser l’approche en fonction des aptitudes et des rythmes de chaque enfant/élève. La Slow Education prône une alternance des rythmes entre temps plein, éducatif, temps mort, contemplatif, repos… Les élèves doivent reprendre le contrôle de leur processus d’acquisition.

board-love-hate

Les objectifs de Slow Education.

Adopter la Slow Education, c’est faire du plus dans le moins. Non pas comprendre « faire plus de choses en moins de temps », mais profiter des temps morts pour réorganiser notre esprit. Il faut prendre le temps d’apprendre et non pas se gaver d’informations à retenir à tout prix.

Parmi ces objectifs, on peut noter ceux-ci :

cible
  • Ne laisser aucun élève en difficulté,
  • Favoriser l’épanouissement de tous,
  • Prendre en compte la dimension émotionnelle,
  • Privilégier la qualité que la quantité,
  • Avoir une approche individuelle,
  • Développer les valeurs humaines,
  • Proposer plus de temps libre.

La Slow Education en 15 principes.

Dans son livre « Éloge de l’éducation lente », Joan Domènech FRANCESCH pose les 15 principes de la Slow Education avec comme base : la confiance. Voici quelques exemples :

  • L’éducation est lente
  • Les activités éducatives définissent elles-mêmes leur temps nécessaire
  • En éducation, moins c’est plus
  • L’éducation est un processus qualitatif
  • Chaque enfant et chaque personne a besoin d’un temps propre pour ses apprentissages
  • L’école doit éduquer au temps
  • L’éducation « lente » fait partie de la rénovation pédagogique

Ces piliers permettent la personnalisation de l’enseignement afin de s’adapter à chaque tempérament.

Pensée personnelle sur la Slow Education.

A mon sens, la Slow Education est une prémisse du Slow Management. L’un des leviers de réussite passe par le plan émotionnel. Il faut recréer des liens entre chaque individu, personnaliser notre façon de faire et promouvoir les valeurs humaines.

Il ne s’agit pas de transformer l’école en un énorme « bisounours land », mais de limiter la pression et la mise en avant des erreurs.

Aussi, notre société actuelle veut façonner ces enfants en consommateurs de plus en plus précoces en les faisant grandir le plus vite possible. Je pense que la Slow Education permet de les préserver et de les synchroniser avec leur rythme naturel. C’est par cette voie que l’élève se développera à son « tempo giusto ».

  • Références :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •