sablier obsolescence programmée iphone poubelle

CLEF N°18 : Remédier à l’obsolescence du désir et de la fonction

Des collections de vêtements qui changent toutes les 6 semaines dans les boutiques de prêt-à-porter, ou encore Apple qui a fait très fort (en 2017) en sortant 2 générations d’iPhone en même temps… Le dénominateur commun à ce rythme toujours plus soutenu de renouvellement des gammes est : l’obsolescence.

La semaine dernière, Nous avons vu ensemble la clef n°17 pour combattre ce que j’appelle : « le mimétisme de la consommation ». Aujourd’hui, nous allons aller encore plus loin avec une clef pour (tenter de) remédier à l’obsolescence du désir et de la fonction.

D’un point de vue historique, l’une des origines de cette stratégie du renouvellement accéléré de l’achat prend racine en 1932 pour sortir de la grande crise. Elle aurait été formulée la première fois par Bernard London.

C’est ensuite dans les années 60 que Vance Packard fit connaître cette stratégie dans son livre « La Persuasion clandestine ». Il y distingue 2 sortes d’obsolescence programmée : le désir et la fonction.

L’obsolescence du désir

Connaissance : « T’as vu ? J’ai le nouvel iPhone X ! »
Moi : « Mais t’avais encore le 7 la semaine dernière ?! »
Connaissance : « Ouais, mais celui-là, c’est le nouveau ! »
Moi : « Et il y a quoi de + dedans ? »
Connaissance : « Tu peux déverrouiller le téléphone avec la reconnaissance faciale »
Moi : « Cool ! Quelle révolution ! C’est vrai que c’était nécessaire de changer… »

Je vous refais la conversation que j’ai eue avec une connaissance autour d’un café le jour de la sortie de l’iPhone X. Je lui ai un peu « brisé » son délire mais c’est plus fort que moi. Quelle incompréhension puis-je avoir pour celles ou ceux qui achètent juste pour être « à la mode » ou « au goût du jour » !

Cet exemple est parfait pour comprendre la logique de l’obsolescence du désir. Le téléphone de cette personne était encore nickel ! Mais parce que la communication de l’entreprise fonctionne bien, il a intégré le fait que garder son « ancien Smartphone » était « nul » et qu’il lui fallait absolument le nouveau. Pourtant, dans les fonctions de bases d’un Smartphone, rien de +, rien de moins !

Cette stratégie fonctionne notamment en jouant sur l’égo. En laissant croire que si tu n’as pas le dernier produit : tu es ringard, tu es « has been » et déconnecté…

J’ai pris l’exemple du Smartphone car je souhaitais partager avec vous une expérience personnelle, mais le monde de la mode fonctionne exactement de la même manière ! « Les couleurs de cette années sont », « tel style de vêtement est tendance cette année », etc.

Comme au-dessus, si tu ne marches pas avec la mode, alors t’es « à la ramasse ».

Pour conclure ce paragraphe, voici une citation du designer industriel George Nelson : « Quand on n’a pas d’innovation à apporter, le seul moyen de donner l’illusion du changement est le stylisme ».

L’obsolescence de la fonction

Elle est également appelée « obsolescence programmée » par abus de langage (puisque l’on vient de voir juste avant qu’il existait 2 types d’obsolescence programmée).

On va croire que je m’acharne, mais je vais vous partager une nouvelle fois une expérience personnelle avec la marque à la pomme…

Chez moi, j’ai un iMac que j’ai acheté en 2010. Eh bien figurez-vous qu’aujourd’hui, il m’est impossible de le mettre à jour ! Peut-être avez-vous déjà eu le problème ? Je vous explique !

Notre chère pomme croquée décide régulièrement qu’une partie de leur matériel (en fonction de la date de création donc) ne serait dorénavant plus référencée pour les mises à jour.

Ce qui est assez incroyable puisque je dispose d’un MacBook Pro également qui – sur le papier – est moins puissant que mon iMac mais plus récent (2013). Je peux donc encore faire les mises à jour (plus pour longtemps…) alors que sur l’ordinateur plus puissant, c’est impossible…

C’est ce que l’on appelle une « prise d’otage » avec l’obsolescence programmée de la fonction. Je prends soin de mes affaires, donc aucun problème de fonctionnement… Je considère qu’ils sont largement suffisants pour mes besoins (pas d’obsolescence du désir). Alors, l’arme secrète pour nous faire plier : l’impossibilité de mettre à jour notre système qui finira par ne plus être compatible avec les dernières versions de tous les autres logiciels. Ce problème, je l’ai actuellement avec mon ordinateur fixe et je ne peux absolument rien faire.

C’est-à-dire que je serai amené de toute façon – à un moment ou l’autre – à jeter un ordinateur qui fonctionne PARFAITEMENT BIEN !!! Et ça, c’est toléré par le système…

Au-delà de l’argent, on bousille des ressources pour construire ce genre de machines qu’on nous oblige à jeter alors qu’elles fonctionnent hyper bien…

C’est encore une fois, un exemple parmi tant d’autres… Et je vous passe les obsolescences de la fonction lorsque les entreprises imposent une durée de vie à une pièce qui casse et qui – du fait – vous oblige généralement à racheter un nouveau produit (car bizarrement, cela coûte aussi cher voire plus de réparer le produit initial… cherchez la logique…).

Les solutions

Au niveau de solutions, je dois reconnaître qu’elles sont minimes, mais elles existent.

A force de nous dégoûter d’acheter des produits, la philosophie « minimaliste » apparaît – dans un premier temps – comme l’une des solutions. En toute logique : moins d’achats = moins de problèmes. Et personnellement, je suis dans cette démarche. Je ne suis pas encore minimaliste, mais n’ayant jamais été un grand acheteur, je m’y retrouve.

Ensuite, il faut apprendre à mettre son égo de côté. Ce paramètre concerne l’obsolescence du désir. Arrêtez de croire que vous êtes ringards (ou tout ce que la pub pourrait vous faire croire) si vous n’êtes pas « à la mode ». Si ça peut vous aider : mode = mouton et ça commence par la même lettre ! Au moins, c’est facile à retenir 😉

Pour ce qui est de l’obsolescence de la fonction, malheureusement, c’est plus complexe. Il faut prendre le temps de trouver des alternatives.

Par exemple, pour mon téléphone (iPhone SE), j’attends qu’il soit définitivement cuit et ensuite, je passerai très probablement au Fair Phone. Un Smartphone sous Android pour lequel on peut changer uniquement les pièces usées qui doivent être remplacées (comme une batterie, un objectif photo ou un écran) en toute simplicité.

Et vous ?

Arrivez-vous à trouver des solutions / alternatives sur ces 2 types obsolescences programmées (désir & fonction) ?

Source de la photo : https://ecolo.be

Partager / Share:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One thought on “[18/26] CLEF N°18 : Remédier à l’obsolescence du désir et de la fonction”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *